L’IKIGAI

    • [M.Sceptic] : J’aimerais bien trouver un boulot qui me fasse vibrer et lever de bonne humeur tous les matins !
    • [M. TLM] : Ton boulot ne te plait pas ?
    • [M. Sceptic] : Je ne vais pas me plaindre, mais ce n’est pas une passion non plus. Faut surtout que je nourrisse ma famille… J’ai pas le temps de rêver à mieux tu sais !
    • [M. TLM] : Alors cet article est fait pour toi. Si tu n’as pas le temps, fait le en filigrane de ta vie, un petit carnet à la main… Fais le juste pour voir et te laisser surprendre par la forme que peux prendre ton IKIGAI !

IKIGAI : Construction 

 

Comment ne pas présenter cet outil permettant de définir une direction à sa vie (professionnelle) en harmonisant plusieurs pans de notre vie.

L’IKIGAI est un outil permettant de mettre en lien quatre « endroits » de notre vie et de les relier les uns aux autres pour en extraire l’activité qui représente notre mission de vie.

Comme on le verra par ailleurs dans un autre article, donner du sens à sa vie, permet de générer la motivation nécessaire pour suivre sa route et traverser le plus efficacement possible les difficultés qu’inévitablement nous rencontrerons.

Ces quatre « cercles » de notre vie sont :

  • Ce que j’aime faire
  • Ce en quoi je suis doué
  • Ce dont le monde a besoin
  • Ce pour quoi je pourrai être payé

Dans chacun de ce ces cercles, il s’agit d’y trouver vos propres réponses. L’exercice peut prendre du temps. A chacun sa méthode pour le remplir. Vous pouvez par exemple afficher l’IKIGAI dans un endroit de votre lieu de vie pour le voir tous les jours. Et puis vous conserverez sur vous un petit carnet pour noter au fils des jours les réponses qui vous viennent quel que soit l’endroit où vous vous trouvez. Une règle importante cependant : ne vous bridez pas ! Ne vous censurez pas ! C’est à partir d’associations d’idées (qui pourraient paraitre farfelues) que nait l’IKIGAI.

Il est aussi possible de se faire accompagner pour faire le point, séparer les variables et prendre du recul.

Une fois chaque domaine renseigné, à la jonction de deux cercles figurent la nature de l’activité :

  • Passion
  • Mission
  • Vocation
  • Profession

A la jonction de trois cercles figure une activité intéressante mais à laquelle il manquera une composante importante pour en faire votre IKIGAI idéal, celui qui tiendra la route longtemps… Mais de mon point de vue, les idées qui se trouvent ici peuvent représenter une étape intermédiaire, une marche avant l’IKIGAI. Il ne s’agit pas de bannir ces idées pour autant.

Et au centre, vous trouvez l’activité ultime, celle qui réunit tous les critères et qui va vous donner envie de vous lever le matin pour aller travailler. Même si en général, quand on se lève pour son IKIGAI, on a plus vraiment l’impression de « travailler », ce qui en soit, peut aussi questionner. Il peut alors être important de se faire accompagner dans la mise en œuvre de son IKIGAI pour ne pas tomber dans la culpabilité, pour réévaluer ses croyances et pour se repositionner vis-à-vis des gens qui nous entourent.  Pour s’autoriser en somme…

Voici en exemple mon IKIGAI :

IKIGAI

IKIGAI : PASSAGE À L’ACTION

Une fois votre IKIGAI trouvé, vous avez votre objectif ultime : le sommet de votre montagne. Maintenant, il reste à définir le chemin pour l’atteindre. Selon chacun, le chemin sera bien évidemment différent, alors point de réponse absolue ici. Voici une liste non exhaustive de paramètres qui peuvent être nécessaire de regarder pour les aligner avec son IKIGAI :

  • Ses compétences et ses capacités
  • Ses croyances sur soi et sur le monde
  • Ses émotions
  • L’impact que peut avoir l’atteinte de son IKIGAI sur son environnement social direct (famille, amis, collègues…)

Alors à votre IKIGAI et dites-vous qu’il arrive, quand on l’a atteint, de vouloir en changer. Et oui, le monde change, vous changez !

À très vite.

M.TLM

 

Et vous ? Quel est votre IKIGAI ? Comment l’avez-vous trouvé ? En êtes-vous déjà à votre second IKIGAI ?